Blog #Geek

Quelles Bandes Dessinées lire pour 😱😱😱 pendant le COVID-19 ?

Les restrictions du COVID ayant réduit mes activités culturelles et sociales quasiment à néant, j’ai commencé de relire mes vieux livres, BDs, mangas et comics, histoire de pas passer mon temps libre devant un écran.

Et là, je me suis aperçu que, déjà, j’ai beaucoup trop de trucs post-apocalyptiques morbides dans ma collection, mais aussi qu’une bonne partie d’entre eux ont choisir comme “déclencheur apocalyptique”, un virus.

J’ai trouvé ça follement d’actualité, mais ça m’as aussi amusé de voir que ces scénarios-catastrophes ont été traités avec énormément de justesse et de réalisme.

J’ai donc envie de vous présenter et vous donner mon avis sur 3 BDs de styles différents (francobelge, manga, comics) qui ont pour thème principal la pandémie mondiale et le monde d’après.

Voir ma sélection

JDR : Scarlet Heroes et Red Tide #RPGaDay2020

RPGaDay est un de ces “challenges” à la c** qui apparaissent tous les mois d’août sur les réseaux sociaux : le but est simple, parler d’un JDR sur table tous les jours pendant un mois.

Vu le nombre incalculable de systèmes de JDR indépendants qui sortent chaque mois et dont personne ne parle (et que personne n’achète, d’ailleurs), c’est plutôt une bonne initiative, dont je vais contribuer plutôt à la hauteur d’un article par an que par jour.

Lire la suite, si vous savez ce qu’est un Jeu de Rôle sur table

Critique Litté : La Zone du Dehors, d’Alain Damasio (sans spoilers)


Alors qu’Alain Damasio a sorti récemment son troisième livre (que je n’ai pas encore lu), je viens de finir de lire son tout-premier : La Zone du Dehors.

J’ai adoré son deuxième roman, “La Horde du Contrevent”. J’adore aussi les dystopies, donc autant dire que j’avais toutes les raisons d’aimer La Zone du Dehors, un roman centré sur des révolutionnaires dans une société insidieusement autoritaire,  compétitive et consumériste.

Une sorte de “1984” remise au goût du jour, en quelque sorte.

Je vous colle ici le quatrième, qui résumera mieux que moi le roman:

Lire la suite

Mon expérience de modding sur un jeu vidéo : Battle for Wesnoth

J’ai déjà parlé dans un précédent article du jeu vidéo Battle for Wesnoth, un jeu de tactique en 2D aux allures de jeu d’échec dans un univers heroic-fantasy.

Sorti en 2003, développé au départ par une seule personne qui voulait développer un jeu open-source avec des mécaniques simples, il a été en constante évolution depuis, enrichi et maintenue par des dizaines de personnes au fil du temps. Et malgé tout ce temps, la commuauté reste très active : il y a même une équipe qui travaille actuellement sur une version 2 basée sur le moteur de jeu open-source Godot.

Pour en savoir ceux qui ne connaissent pas, faites donc un tour sur le site officiel et ses formums, ou la page Steam du jeu.

Le jeu est totalement gratuit et open-source, et le restera. Ces circonstance, ainsi que le succès inattendu du jeu (qui se retrouve dans la plupart des “top jeux gratuit sur PC”), était bien sur propice au modding.

Lire la suite

Le Mythe de Cthulhu : les nouvelles de Lovecraft

Le mythe de Cthulhu, c’est quoi ?

C’est une série de nouvelles écrites par H.P. Lovecraft (puis, à sa mort, continué par d’autres auteurs, sous l’impulsion de son ami August Derleth) concernant son thème narratif le plus populaire : les Grands Anciens.

Je ne vais pas vous en dévoiler trop sur ces grands anciens, car le mystère est une part importante de ces courtes nouvelles d’horreurs particulièrement malaisantes, écrites vers à la fin de sa carrière. Les thèmes récurrents sont l’incompréhensible, la destruction, la cosmologie et la folie.

Lire la suite

Un petit classement de jeux vidéos de stratégie / tactique

J’aime assez les jeux de stratégie et de tactique, et en ce moment, c’est vraiment la mode. Je me suis rendu compte qu’il est d’ailleurs difficile de les catégoriser : entre les STR et les Tactical-RPG au tour par tour, les combats à une échelle planétaire ou la gestion complète d’une civilisation ou d’un clan ; ceux dont on garde les memes unités qui évoluent au cours entre chaque mission, et ceux ou nos unités de départs sont à chaque fois prédéfinies ; ils sont tous différents, car, le marché étant saturé, il faut essayer d’innover pour ne pas lasser les joueurs.
Les mécaniques de jeu étant le point central de ce genre de jeu, j’ai cherché (et trouvé) un moyen de les “définir” suivant 10 certain critères, qui selon moi suffirait comprendre à quoi s’attendre :

Lire la suite

Epic Games Store, une nouvelle marketplace bien accueillie par les éditeurs, pas les joueurs

Il y a quelques mois de cela, un nouveau concurrent sur le marché des jeux vidéo PC débarquait sur les chapeaux de roues : Epic Games.

Cette éditeur, qui développe l’Unreal Engine (le moteur utilisé sur la plupart des jeux en 3D, indépendants comme AAA), le très populaire Fortnite, mais aussi le nouvel Unreal Tournament (dont le développement a malheureusement été mis en pause au profit de Fortnite), s’est mis en confiance pour se lancer en concurrence frontale avec le mastondonte Steam sur le marché du jeux As A Service (je rappelle que vous n’achetez pas le jeu en passant par ces plateforme, juste une licence pour accéder au jeux via la plateforme. Si la plateforme disparait, votre accès aux jeux aussi).

Pour rappel, voici déja les applications/DRM que doivent se farcir les gamers PC pour accéder à la plupart des jeux :
– L’excellent, Steam, de Valve (marketplace multi-éditeurs)
– Mon choucou, GOG Galaxy, de CD Projekt (marketplace multi-éditeurs spécialisé dans les jeux rétro) (PS : on peut aussi installer les jeux à l’ancienne, sans DRM, c’est au choix). Ils sont d’ailleurs en train s’attaquer au cross-platform avec GOG Galaxy 2.0.
– Uplay, de Ubisoft (boutique/DRM pour accéder à leurs jeux, même achetés via Steam)
– Origin, de EA (boutique/DRM pour accéder à leurs jeux, même achetés via Steam)
– BattleNet de Blizzard/Activision (boutique/DRM pour accéder à leurs jeux, exclusif)
– Bethesda Launcher
– Microsoft Store, uniquement sur Windows 10, qui a réceomment lancé son offre “Xbox Game Pass for PC”
– et beaucoup d’autres exclusifs à d’autre éditeurs mineurs.

C’est déja bien assez non ? D’autant que seul Steam et GOG Galaxy arrivent à être positifs pour l’expérience utilisateurs, tous les autres sont à peine tolérables.

Donc, quel intéret pour les joueurs, d’utiliser/installer un autre clone de Steam ?

Lire la suite!

Rétrogaming : mes meilleurs J-RPG 2D

Oui, c’est très spécifique, et complètement subjectivement, je vais parler de ce sous-genre de jeux vidéos de rôles , un peu naïf, répétitif et très codifié qu’est le Japan-RPG, dont son heure de gloire est clairement plus du coté Rétro que moderne. Tous jouables en français, ou au pire, en anglais (un JRPG étant souvent très communicatif). Je suis retombé sur une liste faite il y a très longtemps, que j’ai un peu dépoussiéré en me disant “Tiens, je vais en faire un article, ça peut intéresser des retro-gamers”. Cette liste concerne les jeux des années 90, ou les jeux plus récents qui se veulent similaires dans leur réalisation.

Pour moi les jeux en 3D vieillissent très mal, n’apportent rien au genre, et sont apparus après l’essoufflement du genre, sont souvent très superficiels et pas inspirés (sûrement dû aux coûts de développements et au marché devenu une niche). Bref si je veux jouer à un RPG en 3D, c’est du coté des RPG occidentaux que je vais chercher (coucou Witcher, Elder Scrolls, Divinity). J’exagère un peu, tout n’est pas a jeter du coté des jeux 3D : j’avais bien aimé par Baten Kaitos ou Tales of Symphonia. Mais je préfère traiter que des jeux en 2D pour pas que ca devienne trop chaotique.

Quant aux adaptations / remakes de ces jeux en version mobile ou PC de SquareEnix, c’est un désastre ; renseigne-toi bien avant de passer à la caisse. Le pire c’est les remake avec de la 3D horrible. Pour cette raison, je préfère jouer aux versions originales.

Il existe aussi une multitude de “simples” portages de ces jeux sur les dernières consoles (en support physique ou dématérialisé, ex: Nintendo Virtual Console) ou PC: je n’en parlerai qu’en surface, vu que ce sont les mêmes jeux sous différents émulateurs. Sache que la plupart des portaged sur PS1 / PSP rajoutent des temps de chargements ou des lags….

Lire la suite!

Un listing de bonnes/mauvaises séries TV sans spoilers (EDIT: 10/2015)

J’adore pas mal de séries TV, dont le format, à l’instar des grandes cycles romans de space-opera ou de fantasy, permet de donner beaucoup d’envergure au scénario (je ne parle pas des séries policières typiques où un épisode = 1 histoire) et à la psychologie des personnages, chose que ne permet pas le format des films. Les séries, c’est un peu comme des romans modernes, en quelque sorte.

Si tu cherches de nouvelles séries pour passer l’hiver et que tu es perdu dans ce nombre impressionnant de séries existante, voici quelques suggestions. Elles sont pas ordre de préférence dans chaque section, et je ne vais parler que du petit nombre de celles que j’ai regardé, en toute subjectivité :

Lire la suite!

Pourquoi l’accès gratuit au premium d’OpenClassrooms pour les chômeurs ne va pas les aider du tout

Tu le sais peut-être pas, mais notre cher Président Hollande a déclaré comiquement publiquement entre deux blagues chauvines sur les anglais et les suisses (entre nous, il est mal placé pour leur donner une quelconque leçon, et encore moins sur le modernisme), qu’en septembre, les offres premium d’OpenClassRooms seraient offertes aux chômeurs. Pour lutter contre le chômage.

Non non, vous n’êtes pas en train de rêver, vous êtes dans la vraie matrice, Hollande est vraiment président et il ne fait pas un poisson d’avril. Pour preuve :

Je créé cet article pour m’expliquer plus en détail sur le sujet (chose difficile à faire sur un simple tweet). Je trouve qu’Open ClassRooms est une bonne initiative, mais elle l’était encore plus à l’heure ou le site s’appelait le Site du Zero et où il ne cherchait pas a escroquer les internautes.

A l’époque du SiteDuZero, la philosophe était au partage de connaissance gratuite. De nombreux bénévoles désintéressés y publiaient même des tutoriels dans une optique communautaire et idéologique. Le site était centré sur des tutos, la majorité centrés sur l’informatique (chose qui n’a d’ailleurs pas changé avec Open ClassRooms). Le modèle économique, c’était la publication de livres (toujours d’actualité sur OpenClassRooms), et de pubs et dons, j’imagine. Mais je ne suis pas là pour parler de feu Site du Zero.

Puis vint OpenClassRooms, et sa version Premium. Tout en fermant l’ancien SiteDuZero, en effacant presque sa mémoire d’internet et en y important tout son contenu bien sûr. Que permet cette version premium, pour 20 € par mois ?  C’est résumé ici sur le site, mais pour vraiment expliquer :
– de pouvoir suivre les tutoriaux cours à votre rythme (comprendre : sinon les quizzs ne sont accessible que par paliers d’une semaine)

– de pouvoir avoir une CERTIFICATION de réussite si vous finissez le cours en ayant au moins la moyenne sur les quizz. Je vais revenir sur ces fameuses certifications.

– certains cours ne sont pas accessibles sans être premium (!), mais pour les autres on apprend exactement pareil qu’on soit premium ou pas.

– plein de petites choses inutiles futiles, si je me souviens bien, pouvoir télécharger les cours en PDF (quelqu’un qui sait installer un driver d’impression PDF sur un PC saura contourner ce blocage) etc etc. Le support par email, j’imagine que c’est plutot lié à l’utilisation du site qu’au cours en lui même. Quand bien même, à l’époque du Site du Zero la plupart des créateurs de tutoriaux répondaient volontiers aux questions par email.

Après il y a aussi le Premium Plus, pour 300 € par mois. Pour ce prix, il offre quand même des vrais cours avec un vrai prof par correspondance. Ouf. Mais ce n’est pas ce forfait-là qui est concerné.

Ce qui me dérange :

– Désolé, mais la plupart de ces “cours” n’en sont pas vraiment. Ca reste des tutoriaux. Pour voir des MOOCs qui se rapprochent vraiment de cours, il faut regarder du coté de sites anglophones comme Coursera et Edx (généralement, un cours c’est 8h de travail a fournir par semaine pendant 6 à 12 semaines, théoriques et pratiques). Soit dit en passant, d’après notre président OpenClassRooms serait le plus gros site de MOOC en europe. Si c’est vrai, c’est inquiétant.

– 99% de ces certifications ne sont absolument pas reconnus dans quoi que ça soit. Et je te déconseille fortement de les mentionner sur ton CV si tu ne veux pas que les employeur te rient au nez. Ils savent très bien qu’il y a une différence entre avoir appris l’alphabet et avoir appris à lire. Exhiber une certification OpenClassRooms, c’est montrer qu’on a appris l’alphabet mais qu’on ne sait pas faire de phrases. L’erreur serait de faire croire aux gens que parce qu’ils ont suivi un MOOC, ils seraient opérationnels dans le monde du travail dans ce domaine.

– Lors du passage à OpenClassRooms, je doute fort que les rédacteurs de tutoriaux du site SiteDuZero, qui ont été copiés sur OpenClassRooms sans même demandé l’accord aux rédacteurs, se soient vu offrir une aucune commission sur les premiums. Génial ce modèle économique, se faire du fric sur le dos des bénévoles de l’époque ou le site entier était basé sur du bénévolat. Pire encore, OpenClassRooms à tout fait pour faire trainer les demandes de suppressions de tutoriaux venant de la part des créateurs écœurés par cette nouvelle politique.

– Certains amis ont donné ont écrit des tutos pour le Site du Zéro, bénévolement, car l’accès au site était gratuit. Ils n’ont pas été contacté pour avoir leur autorisation de les republier sur le nouveau site. Ils ont du leur écrire pour leur demander explicitement. Certains étaient même complètement périmés, mais eh, ça fait des chiffres en plus sur les stats.

– quasiment tous les “cours” sont encore centrés sur l’informatique. Alors offrir à des chômeurs des cours uniquement informatique, c’est complètement aberrant.

Mais revenons-en ma question ouverte (je vous remet le tweet en plus humainenement lisible) :  Mathieu Nebra (fondateur d’OpenClassRooms et anciennement du SiteDuZero), le premium bidon OpenClassrooms gratuit pour les chômeurs, c’est une offre caritative ou tu escroques François Hollande et la France ?

C’est ça que j’aimerai savoir. Si il s’agit d’un don, je te tire mon chapeau. Non pas que je pense que tu fasse ça par charité évidemment, mais rien que pour le buzz que cela va engendrer pour ton site (et ce que te coute la mise à disposition gratuite du premium, 0 € ?) tout en ayant réussi à te rapprocher des hautes sphères politique du pays, c’est bien joué.

Mais… si l’état te reverse de serait-ce qu’un centime sur chaque abonnement Premium de chômeur, là je suis moins fière de toi.

Ça voudrait dire, Mathieu, que tu arnaques tout simplement l’état, les contribuables et les chômeurs. Et ça, c’est pas très cool. Car tu sais très bien que tes certifications ne valent pas un clou sur le marché du travail et que cet argent aurait été beaucoup mieux investi ailleurs lutter contre le chômage.

Comme je ne critique jamais sans avoir à proposer des alternatives, en voici :

1) Mettre a disposition, dans les facultés, les agences Pôle Emploi ou autres, des ateliers d’échanges (chaises, bureaux et wifi), avec un agenda de thématiques suivant des horaires bien précis, ou les gens qui voudraient se former dans telle ou telle domaine se rencontreraient et s’entraideraient, se donnent des défis et se corrigent entre eux, avec l’aide des ressources sur internet voir de bénévoles expérimentés dans leurs domaines.

2) Et à ceux que les MOOCs tentent et qui sont un minimum anglophones, aller voir du côté de Coursera et Edx. Le modèle économique est bien meilleur, avec de vrais cours venant pour la plupart d’universités parmi les plus renommées au monde ou de professionnels, et si vous voulez payer pour une certification elle aura déja plus de valeur car elle vous aura demandé un vrai investissement de temps.

Alors certes, la plupart des cours là-bas sont des vidéos en anglais ou sous-titrées en anglais, mais si t’es chômeur, que tu veux bosser dans l’innovation et que tu pipe rien en anglais, je te conseille de commencer par te former dans cette langue. Beaucoup de cours gratuits en ligne, et pour apprendre a le parler, il y a sûrement des inter-échanges culturels/linguistiques organisés bénévolement pas loin de chez toi – à moins que tu habites en Corrèze ou en Ardèche, peut-être.