Epic Games Store, une nouvelle marketplace bien accueillie par les éditeurs, mais pas les joueurs

Il y a quelques mois de cela, un nouveau concurrent sur le marché des jeux vidéo PC débarquait sur les chapeaux de roues : Epic Games.
Cette éditeur, qui développe l’Unreal Engine (le moteur utilisé sur la plupart des jeux en 3D, indépendants comme AAA), le très populaire Fortnite, mais aussi le nouvel Unreal Tournament (dont le développement a malheureusement été mis en pause au profit de Fortnite), s’est mis en confiance pour se lancer en concurrence frontale avec le mastondonte Steam sur le marché du jeux As A Service (je rappelle que vous n’achetez pas le jeu en passant par ces plateforme, juste une licence pour accéder au jeux via la plateforme. Si la plateforme disparait, votre accès aux jeux aussi).

Pour rappel, voici déja les applications/DRM que doivent se farcir les gamers PC pour accéder à la plupart des jeux :
– L’excellent, Steam, de Valve (marketplace multi-éditeurs)
– Mon choucou, GOG Galaxy, de CD Projekt (marketplace multi-éditeurs spécialisé dans les jeux rétro) (PS : on peut aussi installer les jeux à l’ancienne, sans DRM, c’est au choix). Ils sont d’ailleurs en train s’attaquer au cross-platform avec GOG Galaxy 2.0.
– Uplay, de Ubisoft (boutique/DRM pour accéder à leurs jeux, même achetés via Steam)
– Origin, de EA (boutique/DRM pour accéder à leurs jeux, même achetés via Steam)
– BattleNet de Blizzard/Activision (boutique/DRM pour accéder à leurs jeux, exclusif)
– Bethesda Launcher
– Microsoft Store, uniquement sur Windows 10, qui a réceomment lancé son offre « Xbox Game Pass for PC »
– et beaucoup d’autres exclusifs à d’autre éditeurs mineurs.

C’est déja bien assez non ? D’autant que seul Steam et GOG Galaxy arrivent à être positifs pour l’expérience utilisateurs, tous les autres sont à peine tolérables.

Donc, quel intéret pour les joueurs, d’utiliser/installer un autre clone de Steam ?

Lire la suite!

Rétrogaming : mes meilleurs J-RPG 2D

Oui, c’est très spécifique, et complètement subjectivement, je vais parler de ce sous-genre de jeux vidéos de rôles , un peu naïf, répétitif et très codifié qu’est le Japan-RPG, dont son heure de gloire est clairement plus du coté Rétro que moderne. Tous jouables en français, ou au pire, en anglais (un JRPG étant souvent très communicatif). Je suis retombé sur une liste faite il y a très longtemps, que j’ai un peu dépoussiéré en me disant « Tiens, je vais en faire un article, ça peut intéresser des retro-gamers ». Cette liste concerne les jeux des années 90, ou les jeux plus récents qui se veulent similaires dans leu réalisation.

Pour moi les jeux en 3D vieillissent très mal, n’apporte rien au genre, et sont apparus après l’essoufflement du genre, sont souvent très superficiels et pas inspirés (sûrement dû aux coûts de développements et au marché devenu une niche). Bref si je veux jouer à un RPG en 3D, c’est du coté des RPG occidentaux que je vais chercher (coucou Witcher, Elder Scrolls, Divinity). J’exagère un peu, tout n’est pas a jeter du coté des jeux 3D : j’avais bien aimé par Baten Kaitos ou Tales of Symphonia. Mais je préfère traiter que des jeux en 2D pour pas que ca devienne trop chaotique.

Quant aux adaptations / remakes de ces jeux en version mobile ou PC de SquareEnix, c’est un désastre ; renseigne-toi bien avant de passer à la caisse. Le pire c’est les remake avec de la 3D horrible. Pour cette raison, je préfère jouer aux veilles versions.

Il existe aussi une multitude de « simples » portages de ces jeux sur les dernières consoles (en support physique ou dématérialisé, ex: Nintendo Virtual Console) ou PC : je n’en parlerai qu’en surface, vu que ce sont les mêmes jeux sous différents émulateurs. Sache que la plupart des remakes sur PS1 / PSP rajoutent des temps de chargements ou des lags….

Lire la suite!

Apprendre à utiliser les flexbox CSS (presque) en s’amusant

Un tutorial bien fichu qui fera enfin comprendre comment fonctionne les propriétés CSS de placement flex

Voir le site : Flexbox Froggy

C’est mon prénonyme Thomas Park qui a eu l’idée de cette appli web bien sympa, où il faut placer correctement des grenouilles sur des nénuphars en éditant une propriété CSS et on voit en live le résultat. La dernière étape (24 !) est la seule un peu ardue, autant dire que la progression est plutot sympa, et le fait de répéter pas mal de fois les mêmes commandes aident a mémoriser les propriétés.

Have fun !

(English) An alternative of Hungarian notation applied to PHP

On some cases, by example when you works on webservices, data import or an ETL, you can be a little lost between all the variables you use, specifically arrays.

Even if it’s not in the coding standard, I developed a derivative of the Hungarian notation to prefix my variables and find myself there. This notation can be applied in php, but also to any other languages, especially non-typed.

NOTE : I recommend NOT using hungarian notation everytime (for exemple, will be almost useless in a MVC context), but only when it’s really needed.

There is the prefixing I use with PHP variables in that specific cases, depending on their type and semantic meaning :

Scalar types prefix

  • $is, $b : boolean
  • $s : string
  • $i : int (signed)
  • $n : natural (unsigned int)
  • $f : float
  • $fd : float round to 1 decimals
  • $fc : float round to 2 decimals
  • $fm : float round to 3 decimals
  • $m : mixed.
  • $v : void / null.

Read more!

Un modèle de fichier .gitignore pour partir sur de bonnes bases sur tes projets PHP

Si tu versionnes tes projets PHP avec Git, voici des modèles de fichier .gitignore (voir documentation officielle) que j’utilise depuis longtemps et qui évite de versionner des fichiers qui n’ont rien à faire sur le dépôt (fichiers temporaires des OS, de l’IDE…).

Ces modèles diffèrent des autres modèles que tu pourra trouver sur des plus plus connus, comme Github ou gitignore.io, dans le sens ou j’utilise des expressions régulières faisant que les règles sont adaptés à la plupart des projets, tout en contenant moins de lignes. Plus d’intelligence, quoi.

Bien sûr ce fichier est un modèle, il faudra quand même sûrement que tu rajoutes des règles spécifiques a ton projet. Certains fichiers peuvent être versionnés ou non suivant ta vision du versioning et la phase de ton projet (dev initial, tma…) : les lignes dans ce cas sont son commentés par défaut (voir lignes commençant par un seul #), a toi de voir si tu les actives ou non.

Keep on reading!

Un listing de bonnes/mauvaises séries TV sans spoilers (EDIT: 10/2015)

J’adore pas mal de séries TV, dont le format, à l’instar des grandes cycles romans de space-opera ou de fantasy, permet de donner beaucoup d’envergure au scénario (je ne parle pas des séries policières typiques où un épisode = 1 histoire) et à la psychologie des personnages, chose que ne permet pas le format des films. Les séries, c’est un peu comme des romans modernes, en quelque sorte.

Si tu cherches de nouvelles séries pour passer l’hiver et que tu es perdu dans ce nombre impressionnant de séries existante, voici quelques suggestions. Elles sont pas ordre de préférence dans chaque section, et je ne vais parler que du petit nombre de celles que j’ai regardé, en toute subjectivité :

Lire la suite!

Tuto : Installer Composer sur un projet web pour gérer facilement les libraires externes (et internes) de ton framework

Installer composer sur ton poste / serveur

Ton poste doit bien sûr avoir un serveur web qui tourne avec PHP.

Site officiel de Composer : getcomposer.org/download/

Si tu es sous Windows, je te recommande de l’installer via leur « Windows Installer », permettant d’éxécuter composer sur n’importe quel dossier de ton poste, juste en tapant « composer », car il aura correctement intialisé le PATH

Sur un autre OS, le plus simple c’est d’ouvrir une console positionnée dans le répertoire de projet et de taper :

curl -sS https://getcomposer.org/installer | php --filename="composer.phar"

Dans ce cas, il faudra taper « php composer.phar » au lieu de simplement « composer » pour le tuto qui va suivre.

Continuer la lecture de Tuto : Installer Composer sur un projet web pour gérer facilement les libraires externes (et internes) de ton framework

Les tests binaires – une fonctionnalité sous-estimée

Imaginons qu’en tant que développeur (dans le cas contraire, passe à un autre article), on doit réaliser plusieurs actions suivant plusieurs cas de figures possibles (disons, une quinzaine), qui peuvent se combiner.
Et suivant certains cas de figures, certains actions à éxécuter se répètent, et peuvent même se combiner suivant certains cas de figure. Pour ne pas dubliquer le code, on identifie donc 5 blocs d’actions différentes. La situation la plus simple serait donc d’utiliser plusieurs variables : (je vais mettre mes exemples en PHP, mais les tests binaires existent dans tous les langages de programmation dignes de ce nom – déjà si ça existe en PHP…)

Continuer la lecture de Les tests binaires – une fonctionnalité sous-estimée

Pourquoi l’accès gratuit au premium d’OpenClassrooms pour les chômeurs ne va pas les aider du tout

Cet article fait suite à un de mes tweets – resté sans réponse évidemment :

le bidon gratuit pour les chômeurs, c’est une offre caritative ou tu escroques et la france ?

Tu le sais peut-être pas, mais notre cher Président Hollande a déclaré comiquement publiquement entre deux blagues chauvines sur les anglais et les suisses (entre nous, on est mal placé pour leur donner une quelconque leçon, et encore moins sur le modernisme), qu’en septembre, les offres premium d’OpenClassRooms seraient offertes aux chômeurs. Pour lutter contre le chômage.

Non non, vous n’êtes pas en train de rêver, vous êtes dans la vraie matrice, Hollande est vraiment président et il ne fait pas un poisson d’avril. Pour preuve :

Je créé cet article pour m’expliquer plus en détail sur le sujet (chose difficile à faire sur un simple tweet). Je trouve qu’Open ClassRooms est une bonne initiative, mais elle l’était encore plus à l’heure ou le site s’appelait le Site du Zero et où il ne cherchait pas a escroquer les internautes.

A l’époque du SiteDuZero, la philosophe était au partage de connaissance gratuite. De nombreux bénévoles désintéressés y publiaient même des tutoriels dans une optique communautaire et idéologique. Le site était centré sur des tutos, la majorité centrés sur l’informatique (chose qui n’a d’ailleurs pas changé avec Open ClassRooms). Le modèle économique, c’était la publication de livres (toujours d’actualité sur OpenClassRooms), et de pubs et dons, j’imagine. Mais je ne suis pas là pour parler de feu Site du Zero.

Puis vint OpenClassRooms, et sa version Premium. Tout en fermant l’ancien SiteDuZero, en effacant presque sa mémoire d’internet et en y important tout son contenu bien sûr. Que permet cette version premium, pour 20 € par mois ?  C’est résumé ici sur le site, mais pour vraiment expliquer : Continuer la lecture de Pourquoi l’accès gratuit au premium d’OpenClassrooms pour les chômeurs ne va pas les aider du tout

Suivre ou pas la tendance/mode des domaines en .io?

Comme à peu près tout dans notre société, les noms de domaines sont soumis a des tendances et des effets de mode. On se souvient des société en -oo dans les années 2ooo (Yahoo, Badoo, Wanadoo, Spartoo…), des noms en -r vers 2004 (Tumblr, Twittr devenu Twitter, Frappr, Zoomr, Flickr et tout son écosystème), des noms en -us ou -ous vers 2007 (disqus, scritaculous, del.ico.us), et en 2014 une nouvelle tendance émergea, très prisée par les start-ups : les domaines en .io.

Exemples : blackfire.io, github.io, techtalent.io, breaz.io, daux.io, bento.io, statuspage.io, aha.io … Il y en a déja des milliers.

Le problème, c’est que comme toutes les extensions de domaines en 2 lettres, il est lié à un pays. Et ce pays à le droit de contrôle/blocage sur votre nom de domaine.

Par exemple, bit.ly a du avoir une grosse angoisse quand la Lybie (contrôlant le domaine .ly) les a menacé de couper leur domaine parce le service était utilisé pour raccourcir des liens anti-kadhafistes.

Mais à qui appartient le nom de domaine .io ? A une ce ces entités bizarres à qui l’ont attribue beaucoup d’extensions de domaines nationales : le Territoire britannique de l’océan Indien. Soit, d’après Wikipédia, un ensemble de 55 îles peuplées exclusivement d’une base militaire américaine, mais un territoire officiellement Indien quand même. Même si c’est une colonie britannique en même temps. Bref, c’est confus. Mais l’extension est officiellement géré par registre indien .

Un gouvernement qui a priori parait stable, donc. Sauf si par exemple un jour la souveraineté de ce territoire et remis en question, où que l’Inde/l’UK/l’amérique décide un jour que le .io servira uniquement aux entités administratives ou militaires, et demandera par exemple aux enregistrés une adresse postale sur ce territoire. C’est un des droits légitimes des détenteurs d’extensions nationales, et vu que le territoire semble habité seulement par des militaires américains, bon courage pour y acheter une boite postale.

Continuer la lecture de Suivre ou pas la tendance/mode des domaines en .io?

Back to Top

Pin It on Pinterest