Revue litté : Les loups des Etoiles, Edmond Hamilton

Etant un ancien fan de Star Wars (si tu veux savoir pourquoi ce n’est plus le cas, je l’explique ici), j’ai toujours adoré le space-opéra. Ca fait partie des deux genres que je lis le plus, avec le fantastique.

Seulement, voilà, pour moi la bonne SF (dont le space-opera en est un sous-genre), c’était avant. Le genre s’est mal renouvellé, et beaucoup préfèrent encore la SF des années 50-70 que celle actuelle, qui a du mal à être originale. Quant aux histoires de pirates de l’espace au bon cœur, de fils de fermiers s’envolant vers les étoiles ou de pilotes stellaires intrépides (le space-opera, donc), elles sont en voie d’extinction, et le succès de Star Wars n’y est pas étranger.

J’ai lu récemment la trilogie « Les Loups des Etoiles », éditée en un seul volume de poche chez Folio. Ca serait un des premiers romans de space-opera jamais écrit. Bien avant qu’existe Star Wars.

Et j’ai pas été déçu !

Quatrième de couverture

Morgan Chane est le seul Loup des étoiles d’origine terrienne, un pirate, un assassin doté d’une force physique et de réflexes hors du commun. Après avoir tué un de ses pairs, il se voit obligé de fuir pour sauver sa vie… Mais où peut se réfugier un homme pourchassé par les Loups des étoiles et qui, aux yeux de tous, restera à jamais l’un des leurs ? Désormais sa route est tracée. Morgan Chane, l’homme qui ne voulait pas mourir, partira à la recherche de l’arme de nulle part, affrontera les dangers des mondes interdits et retournera sur la planète des Loups… Le cycle des Loups des étoiles, rythmé par le fracas d’immenses batailles spatiales, nous propulse à travers une myriade de planètes dangereuses, au contact d’incroyables races extraterrestres et de secrets astronomiques vieux de millions d’années.

Mon avis

L’écriture

Le premier des trois romans a été écrits en 1967, mais il n’a pas pris une ride ! En fait,on ne soupçonnerait pas lire un des doyens du space-opera. La traduction est plaisante (même si on se surprend a remarque quelques fautes de frappes), et les concepts technologiques développées dans le livre ne sont aucunement vieillot. Le style d’écriture est concis, Bref, c’est aussi agréable à lire qu’un roman de cette décennie. Les œuvres de space-opéra  sont décidément intemporelles.

L’histoire

Le space-opéra, c’est du grand spectacle. Un roman d’aventure dans les étoiles. On débranche (un peu) son cerveau, et on se laisse happer par cette nouvelle galaxie, les combats grandioses et les répliques cinglantes d’un anti-héro bourrin qui se sort de toutes les situations impossibles inimaginables. Et ce sens, la structure scénaristique est somme toute assez classique, celle du Voyage du Héros, comme dans Star Wars ou à peu près tous les romans pour ado, ou tout les blockbusters Hollywoodien. Mais il ne faut pas oublier que ce livre a été écrit avant tout ça.

Cela dit, les histoires (il y en a 3) sont plaisantes et bourrées de bonnes idées, surtout concernant les super-armes ou les habitants de chaque planète. Les dénouements sont à chaque fois inattendus. Très peu de longueurs ou de passages ennuyeux, et au final j’ai dévoré la trilogie en pas une semaine. Le personnage principal à une personnalité très intéressante, mais assez stéréotypée et pas assez étoffée pour qu’on puisse arriver à s’identifier à lui. La plupart des personnages secondaires sont aussi très charismatiques.

Un point intéressant  : Quasiment pas d’histoires d’amour ni de romances, sur l’ensemble des trois livres. Tu me diras, c’est plutôt cohérent, vu le contexte (mercenaires, missions toussa), mais quand on y regarde bien, l’histoire d’amour / la présence féminine est maintenant dans tous les cahiers des charges pour des raisons purement marketing, même si souvent ça n’apporte rien à l’oeuvre, voir le dessert (cf les adapations cinématographiques du Seigneur des Anneaux ou du Hobbit).

On fait le Bilan, calmement en s’remémorant chaque instant (Parler des histoires d’avant comme si on avait 50 ans)

Du tout bon. Une trilogie à la fois fondatrice et intemporelle, qui se lit très vite. Je voulais en parler juste ce qu’il faut pour titiller ta curiosité et te donner envie de le lire. L’intérêt principal du space-opera, c’est la découverte d’un nouvel univers, alors pourquoi t’enlever ça ?

Bonus : cette musique m’est venue dans la tête en écrivant le dernier titre, alors je vais partager ça avec toi, ya pas de raisons.

Si par le plus grand des hasard tu as toi aussi lu ce livre, partage tes impressions ! Du roman hein, pas des Neg Marrons.

Don't be selfish...Tweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on FacebookShare on RedditEmail this to someone